L'équipe de Ghotiitout Management
@ Igloofest

Le 17 janvier 2012 aux vieux port de Montréal

 

imageSuite au succès de leur journée au Piknic Electronic en 2011, l’équipe de Ghotiitout avait reçu carte blanche musicale pour la soirée d’ouverture de l’Igloofest 2013 dans l’Igloo Virgin Mobile. C’était donc un véritable “showcase” des multiples générations de talents de cette écurie qui se succédait dans l’igloo hier soir, en les personnes de Vincent Gauvin, Van Did, G’Obrien et Omni.

Jeudi soir à Montréal, temps plutôt humide et très froid. Le mercure est au fond du baril à -16° C, ce qui ne nous empêche pas de traverser le vieux Montréal à pied pour aller au festival. Plus on s’approche du site, plus on marche vite car l’anticipation nous gagne sans qu’on ne puisse rien y faire.


image

Aussitôt passé le personnel de l’entrée (très souriant en passant!), c’est l’émerveillement comme à chaque première visite du site. Les sculpture de glaces, les différentes décorations, les affichages en DEL aux couleurs vives, avant de s’en mettre plein les oreilles, on en a plein la vue! Puisque l’igloo Virgin n’ouvre qu’à 19h30, on patiente en écoutant le beat de la scène principale et en se réchauffant près d’un feu, tout va bien!

 

 

imageL’heure arrive et Vincent Gauvin ouvre la soirée avec un beat qui fait se déhancher la foule déjà très présente après seulement quelques minutes. Son set sexy et bien coulant se poursuit rondement pendant l’heure qui suit et réchauffe la foule presque immédiatement après avoir commencé. L’originalité de certains morceaux me surprend agréablement avec un groove tout particulier. C’est à peine commencé et Vince à déjà réussi à faire sentir aux gens où nous nous préparons à les emmener.

 


imageVan Did prend ensuite les commandes avec une performance live du tonnerre. La progression de sa musique a encore une fois un effet instantané sur la foule qui réagit comme un orchestre mené par son maître. Plaçant de bons vieux classiques et des nouveautés parues dernièrement sur Traum et Grrreat, il joue tout ça sans hésitation et avec brio. L’arrangement et les choix dans son propre matériel transforment le vibe pour le prochain artiste, l’heure passe vite...

 


imageG.O’Brien, sautillant derrière les tables, nous fait bifurquer dans un univers parallèle. il commence avec un son explosif qu’on n’avait pas entendu de lui depuis un bon moment. Ce son qui casse tout sur son passage, avec des basslines analogues pesantes. À chaque manoeuvre précise sur ses instruments, il nous fait souvent prendre des virages soudains qui surprennent tout autant qu’ils font plaisirs. La foule est en délire pendant le remix de Makson des Limaces, cette piste faisant toujours autant d’effet.

 

imageOMNI recoit ensuite une passe et part en échappé. Avec un début plutot doux et électro, tout le monde sur place sait très bien que ça n’en restera pas là. L’intensité monte constamment jusqu’à atteindre le roulement électro gras à souhait qui donne juste le goût de serrer des dents et de danser jusqu’à plus capable. Sachant animer sa foule et guidant les danseurs dans une folie musicale assurée, OMNI ferme la soirée de façon magistrale avec un remix des Limaces, clin d’oeil final à nos amis.


La seule preuve nécessaire: le sourire de tous les gens qui quittent l’endroit en trottinant.

 

 

 

ViDeo

 
 
 
Photographies par Marie-Pierre Boisvert (www.empayphotographe.com)
 
Vidéos par Antoine Quirion-Couture (www.vjhoming.com)